Le château

Il a été construit en 990 par les Templiers et fortifié vers 1325 par les seigneurs De Heu.

Il ne faut considérer le château d’Ennery que comme la citadelle d’une place forte. Le village, en effet, était revêtu d’un caractère défensif. Il était entouré d’une solide muraille, qui ne s’ouvrait qu’à deux endroits opposés, la « porte haute » et la « porte basse ».

Le château, de forme presque carrée, était établi dans la partie la plus élevée du village et formait un bâtiment massif, défendu par quatre tours d’angle et entouré d’un large fossé. Un pont-levis conduisait de la plate-forme dans un deuxième réduit, également entouré de fossés et où s’élevaient les bâtiments des communs et les logements occupés par les défenseurs. En face de la porte d’entrée, un deuxième pont-levis reliait la fortification au village.

On comprend pourquoi le château d’Ennery a figuré parmi les meilleures places fortes du pays messin. Si la garnison était sur ses gardes, il n’était possible de s’en emparer qu’au moyen de l’artillerie, dont l’emploi était plutôt rare. De fait, le château ne fut jamais pris que par des armées munies de bouches à feu ou par trahison.
En 1552, un peu avant l’arrivée de Charles Quint, les Seigneurs de Metz allèrent attendre à Ennery le Duc de Guise.
En 1667, une ordonnance royale qui confère le titre de commandant du château d’Ennery au sieur Berot, montre qu’Ennery, au dix-septième siècle, était passée à l’état de forteresse classée en raison de l’importance de ses fossés et de la solidité de ses remparts.

Le château fut rénové à maintes reprises mais ces restaurations l’avaient déparé. Un incendie le ravagea en 1945. Le toit de la bâtisse s’est effondré en 1960 lorsqu’un avion passa le mur du son. Propriété privée, il n’est plus aujourd’hui qu’à l’état de ruines.

L'entrée actuelle du château
L'entrée actuelle du château - Photo : Olivier Liévin

Images d'antan


Images d'aujourd'hui

Les ruines du château
Les ruines du château