La Belle-Croix

Cet édifice se compose d’une voûte en croisée d’ogive appuyée contre quatre contreforts angulaires, et dont les nervures, se coupant à angle droit, se prolongent, sans tailloirs ni chapiteaux, jusqu’à une base octogonale reposant sur le sol dans chacun des angles de la petite chapelle.

La Belle-Croix

Crédit photo : © Olivier LIEVIN

Sur chacune des quatre faces est ouverte une large ogive de 2m50 de large sur environ 3m80 de haut. Un mur à hauteur d’appui fermait ces ogives sur 3 côtés. Deux rosaces, d’un charmant dessin, décorent deux faces opposées. Les contreforts sont à deux étages et se terminent par un pignon élancé, dans la partie duquel se dessinent deux crochets en relief. En dessous est gravée d’une part l’écusson des de HEU et, d`autre part, la date de 1462.

La croix, renversée pendant la Révolution, a été rétablie au début du 20ème siècle.
En 1921 l’édifice fut classé au répertoire des monuments historiques de France.

Durant la seconde guerre mondiale la croix fut enlevée pour être mise en sécurité dans une maison mais elle ne fut jamais retrouvée.
C’est en 1976 que des jeunes du village redonnèrent un peu de vie à cet édifice. Les quêtes faites aux messes dominicales permirent de racheter une nouvelle croix. Un Christ de bronze fut offert par un habitant du village pour être fixé sur la croix.

En 1978 le doublement de la route départementale rend obligatoire le déplacement de l’édifice. Il est réédifié à 48 mètres de son ancien emplacement. Un cartouche gravé dans la pierre indique la direction et la distance de l’ancien emplacement.

la Belle-Croix
La Belle-Croix - Photo : O. Liévin

Le cartouche
Le cartouche - photo : O. Liévin